Temple Jindaiji

Jindaiji Temple

深大寺について

About Jindaiji Temple

Temple Jindaiji

%e6%b7%b1%e5%a4%a7%e5%af%ba%e7%b4%85%e8%91%89-4
Pavillon principal
Jindaiji est un temple bouddhiste historique dans la banlieue de Tokyo (zone de Musashino) situé au cœur de riches forêts et de sources d’eau.

La mutation des quatre saisons est magnifique; cerisiers en fleur au printemps, observation des lucioles en été, chute de feuilles en automne et la traditionnelle fête des nouilles japonaises (soba festival) en hiver.

Temps nécessaire pour la visite de Jindaiji, environ 30 à 40 minutes.

En plus d’apprécier les architectures anciennes et les statues Bouddhistes dans le temple, vous pouvez essayer différentes activités, comme la poterie artisanale (Raku-yaki), le rituel du feu (Gomadaki) et goûter aux nouilles traditionnelles japonaises (Soba) préparées avec l’eau de source de la région.

Visitez aussi le « Jardin Botanique de Jindai » et rafraichissez votre esprit et votre corps avec l’eau de source.

Les deux sont à proximité.

Profitez de la visite !

施設のご案内

Guidance of the precincts

01

La Porte Principale The Main Gate

Au Japon, la porte principale du temple bouddhiste est appelée “Sanmon”, ce qui signifie « porte de la Montagne », parce que la plupart des temples japonais étaient à l’origine construits dans la montagne.

La porte principale qui est entourée par de vieux arbres semble symboliser dignement le style du temple historique. 
Il y a plus de 300 ans, en 1695, la porte principale de Jindai-ji fut construite sur le sol qui était à un niveau supérieur à celui de la rue qui mène au temple. Seules les colonnes et les poutres étaient colorées en rouge à Jindai-ji.

Il s’agit de la plus ancienne architecture existante dans l’enceinte, car la porte principale n’a pas été brûlée par la conflagration de 1865.
La porte principale est l’une des meilleures conceptions des architectures de la période Edo qui demeurent encore à Tokyo,
Bien que la plupart des toits de chaume à Jindai-ji datant de la période Edo aient disparu, les toits de chaume de la porte principale et des cuisines des moines ont aujourd’hui survécu.

02

Le clocher The Bell Tower

Le clocher d’origine a été construit en 1829, mais perdu lors de l’incendie de la période d’Edo.
En 1870, le nouveau clocher a été construit à la droite du portail principal.
Le toit du clocher d’origine était en chaume, mais il a été remplacé par un toit en cuivre en 1954. Pour un meileur effet sonore, les trois pots et la couverture trouée en fer ont été enterrés dans les fondations du clocher. C’est pourquoi le son de la cloche est agréable, et l’écho produit ces vibrations profondes.

La cloche originale a été construite en 1376, à la fin de la période Kamakura.
Il s’agit de la troisième plus ancienne cloche de Tokyo.
La cloche est réellement la plus ancienne, et a continué à sonner depuis sa fabrication.
C’est aujourd’hui un élément important du patrimoine culturel national.

La cloche originale a cessé d’être utilisée en septembre 2000 et déplacée dans la salle de Shaka.
La cloche a échappé à la réquisition lors de la Seconde guerre mondiale. Cela s’explique par le fait que l’empereur Showa, lors de sa visite à Jindaiji en 1922, a dit « Chérissez les anciens », même si le pays souffrait de pénuries à cette période.
Cet épisode, ainsi que le fait qu’envirion 75 000 cloches aient été réquisitionnées au Japon à cette époque, montre que la cloche de Jindaiji était extrêmement précieuse. La cloche a été refabriquée en 2001.

Cette cloche nous dit l’heure à 5h, 11h30 et 18h en été et à 6h, 11h30 et 17h en hiver. Les visiteurs ne peuvent sonner la cloche qu’au Nouvel an (31 décembre).

03

Pavillon principal Main Hall

Construit originellement en 733, le pavillon principal a été rebâti après sa destruction en 1646 et en 1865 à l’époque d’Edo.
L’origine du nom du temple – Jindaiji – provient du dieu de l’eau Jinjadaio.

Il protégeait un moine chinois qui recherchait les « écritures saintes du bouddhisme » en Inde, durant le voyage de ce moine. Son périple est décrit dans le classique de la littérature chinoise « La Pérégrination vers l’Ouest » datant du XVIe siècle.

Le Jindaiji est un temple historique de Tokyo, le plus ancien après le temple Sensoji d’Asakusa.

L’architecture originale du pavillon principal comprenait une structure en toit de chaume (1)
Lors de la reconstruction du pavillon principal, on utilisa des tuiles sangarawa (argile) (2). Maintenant, il s’agit d’une toiture en plaques de métal (cuivre).

(1) Toit de chaume :
Art de recouvrir la toiture de couches de plantes séchées permettant l’écoulement de l’eau loin de la sous-toiture. C’est une technique très ancienne.

(2) Tuiles sangarawa
Style traditionnel japonais de toiture en tuiles ; les tuiles sont en argile.
Il est conçu en alternant une combinaison de tuiles plates et de tuiles concaves.

Le centre du pavillon principal est le kohai (toit construit au-dessus des marches conduisant à un temple) (3) de style kara (4)

(3) Kohai :
Porche où les visiteurs font face au pavillon principal et prient dans un temple shinto japonais.

(4) Style kara :
Type de pignon d’un style particulier au Japon. Sa forme caractéristique est la courbe ondulante au sommet. Ce pignon est courant dans l’architecture traditionnelle japonaise, notamment dans les châteaux et les temples bouddhistes et shinto.
Ces caractéristiques du pavillon principal sont typiques du style de l’époque d’Edo :
 ・Le symbole « lion et éléphant » est gravé sur la poutre.
 ・Le symbole « dragon » se trouve sur une partie du toit.
 ・Le symbole « phénix » est gravé sur le toit.
Les statues d’Amida-sanzon (5) (ensemble de trois statues bouddhiques), qui sont le symbole principal de ce temple, ont été disposées dans le pavillon principal.

(5) Amida-sanzon:
L’un des styles bouddhiques pour la présentation des statues.
Les trois statues, Amidanyora et ses deux serviteurs, Kanseon-bosatsu (à gauche) et Seishi-bosatsu (à droite), sont appelées Amida-sanzon.
Kanseon-bosatsu et Seishi-bosatsu sont l’incarnation d’Amidanyorai et représentent la compassion et la sagesse.

04

Ganzandaishi Hall The Ganzandaishi Hall

La statue de « Ganzandaishi » qui fut le 18ème Tendaizashu (supérieur de l’école Tendai » a rejoint Ganzandaishi Hall en 991.« Ganzandaishi » fut également connu comme l’initiateur de la restauration de l’école Tendai, le temple « Hiei Enryakuji » dans le district de Shiga.

On disait que Ganzandaishi était l’incarnation de « Nyoirinkannon » qu’il avait attiré une foi unique comme « bonne fortune » depuis le moyen-âge. On disait aussi que le fondateur de « Omikuji (destin écrit) » des temples et des sanctuaires au Japon était « Ganzandaishi ».

L’image principale de Ganzandaishi Hall est la statue de « Ganzandaishi ».La statue fait environ 2m de hauteur dans la position assise et sa largeur ne peut être retrouvée dans aucun autre temple.C’est un saint discret dans le bouddhisme c’est-à-dire rarement exposé au public.Toutefois, il est ouvert au public, une fois tous les 25 ans. (Gokaicho)Le dernier événement en 2009 a vu environ 13 millions de personnes, le prochain aura lieu en 2034.

05

Le Temple de Shaka The Shaka Hall

Le Temple de Shaka est une nouvelle construction datant de 1976, érigée pour accueillir la statue « Hakuho Shakanyorai Izo (Hakuhobutsu) » qui représente Bouddha, et qui est considérée comme une pièce primordiale du patrimoine culturel japonais.

Au Japon, un sol surélevé est utilisé pour offrir une protection contre l’humidité.

La statue « Hakuho Shakanyorai Izo » est une représentation de Bouddha réalisée pendant la période Hakuho (673 – 686 : la classification des périodes dans l’histoire de l’art japonais) à la fin de l’ère Asuka (592 – 710).
C’était la représentation principale du temple Jindaiji quand il a été construit.

La statue « Hakuho Shakanyorai Izo (Hakuhobutsu) » est très connue pour être la plus ancienne statue de Bouddha de tout l’est du Japon. C’est aussi la plus grande statue en bronze doré de Bouddha au Japon : la taille du personnage assis est de 60,6 cm et la hauteur totale de 83,5 cm. Le visage chérubin et la ligne qui court du nez jusqu’au sourcil sont typiques de la période Hakuho.



Malheureusement, la dorure à la feuille d’or qui existait sur la statue a été détruite par un incendie.

On peut trouver une expression similaire sur les visages des statues « Koyakushi-zo » dans le temple de Shinyakushiji et « Yumetagai Kannnon-zo » dans le temple de Horyuji à Nara. Ces trois statues de Bouddha sont représentatives de cette ère et sont désignées comme les « trois statues Hakuho de Bouddha ».

En 2017, « Hakuho Shakanyorai Izo (Hakuhobutsu) » a été promue au rang de trésor national du Japon.

06

Jinja Hall The Jinja Hall

Jinja Hall est un sanctuaire dont le nom est dérivé du temple « Jindaiji », où l’on vénère la statue de « Jinjadaio ».

Il s’agit du « syncrétisme du shintoïsme et du bouddhisme », qui était la religion du Japon jusqu’à l’ère Meiji. « Le syncrétisme du shintoïsme et du bouddhisme » ; Le bouddhisme a été introduit à la fin du 6e siècle. Il est devenu religion nationale du Japon par volonté politique. Cependant, Bouddha a été transformé en déité japonaise, une nouvelle et différente forme de dieu, et coexistait avec les dieux shintoïstes.

Le « Jinjadaio » est une des déités gardiennes bouddhistes, et son pouvoir éloigne la malchance ou les fléaux.D’après la littérature classique chinoise, dans « La Pérégrination vers l’Ouest » au 16e siècle, il est appelé « Sa Gojo », aussi connu comme un « bison d’eau », et a protégé le moine chinois qui recherchait les « textes sacrés du bouddhisme » dans le désert.

Jinja Hall a été reconstruit en 1968, et la date de sa construction initiale est inconnue.

La statue de Jinjadaio: La statue de « Jinjadaio » est une pièce maîtresse de la période du Kamakura (1185 – 1333), mais n’a pas été ouverte au public car, dans le bouddhisme, il s’agit d’un saint secret. Elle est haute de 57 cm avec un ornement de coffre sur le crâne et porte un pantalon traditionnel japonais fait à partir de peau d’éléphant. Son expression faciale est pleine de rage.

Derrière le temple se trouve une source que l’on retrouve dans la légende de Jindaiji.

07

La cascade de Fudo The Waterfall Of Fudo

Jinja Daio, qui a été consacré au temple Jindaiji, est un « Dieu de l’eau » et représente l’engagement profond de Jindaiji et de l’eau de source.Parce qu’il y a beaucoup de sources dans les montagnes derrière le temple, les moines méditaient assis sous la cascade.

Ce temple est situé dans une zone fort privilégiée riche en eau de source et a été désigné comme un ?.

【Jindaiji et la nouille japonaise traditionnelle】
L’eau et la farine de sarrasin de haute qualité déterminent le bon goût des nouilles au Japon.Le temple a une longue tradition de fabrication de la farine Soba au moyen d’une roue à eau. Étant donné que la zone autour de Jindaiji était une région adéquate pour la culture du sarrasin, celle-ci a été prospère.

Parce que les paysans avaient dédié le sarrasin au temple, on dit que les nouilles fabriquées dans le temple accueillaient ses invités.On dit aussi que le chef du temple Jindaiji appréciait les nouilles et les a rendues populaires. Selon l’autre théorie, le troisième shogun de la dynastie Tokugawa mangeait des nouilles et louait le sarrasin au moment de la fauconnerie.

そば

深大寺の周辺

Around Jindaiji Temple

La région de « Jindaiji »

  • around 01
    Kitaro-café

    Gegege
    Shigeru Mizuki (1922~2015) était un auteur de mangas et historien japonais, connu pour ses séries « Gegege-no-Kitaro ».
    Ayant vécu longtemps à Chofu-city à Tokyo jusqu’à sa mort, la ville était devenue sa deuxième ville natale.
    Dans l’histoire, le personnage principal « Kitaro » se bat contre les méchants monstres.
    C’est un bon monstre doté d’un puissant sens de la justice.
    « Kitaro » voulait créer un monde pacifique où les monstres et les hommes cohabitent.
    Ce dessin animé (film, TV, comique) avait joui d’une très grande popularité au Japon pendant longtemps.
    Le thème principal de cette histoire est la « cohabitation avec la nature », les êtres humains et les monstres, les oiseaux, les animaux et toutes les créatures vivant sur la terre.
    « Kitaro café » reproduit le monde de « Kitaro ».
    Le menu des desserts s’inspire des planches du dessin animé et des figurines de Kitaro et des monstres sont proposés à la vente dans le café.
    L’ambiance du café rappelle aussi la culture de l’ère Showa, époque de l’histoire japonaise correspondante au règne de l’Empereur Shōwa, Hirohito, 1926~1989.

    (c) MIZUKI production

  • around 02
    Poterie artisanale (Raku-yaki) « Le Four de Musashino-Jindaiji »

    En face du temple de Jindaiji se trouve un magasin de poteries « Le Four de Musashino-Jindaiji » qui vend des cloches en céramique et des articles de poterie.
    Les cloches en céramique vendues dans le temple ont été cuites dans ce four.
    Vous pouvez essayer la fabrication de poterie, la peinture sur assiettes et bols non émaillés et les cuire au four pendant 20 minutes.

    Classe de Poterie artisanale

    Ouvert 7 jours par semaine
    Horaires: 9:00~16:00 (Heure de fermeture 17:00)
    http://jindaijigama.com/index.html
    Prix: 1 Assiette 300Yen (JPY)~, 1 Bol 900Yen(JPY)~

    ※La poterie artisanale ne va pas au four à micro-ondes.

  • around 03
    Musée des moulins à eau

    moulins à eau
    La région autour de Jindaiji est célèbre pour son eau de source.
    La culture du sarrasin est également un succès.
    Comme le riz blanchi et le sarrasin étaient produits dans cette région, la population locale avait construit le moulin à eau à l’époque Meiji.
    Le moulin à eau actuel fut construit en 1992.
    Le paysage de Jindaiji et la montagne sont en parfaite harmonie avec le moulin à eau.
    Dans le musée des moulins à eau, sur réservation, vous pourrez essayer de moudre le sarrasin.

    Informations sur le magasin

    Ouvert 6 jours par semaine
    Jours de fermeture : Tous les lundis, et les 29-31 décembre
    Horaires:9:30 ~ 17:00 (Avril ~ Octobre), 9:30 ~ 16:00 (Novembre ~ Mars)
    Entrée gratuite

  • around 04
    « sobas »
    (Nouilles japonaises traditionnelles)

    そば(雀のお宿)
    Les nouilles japonaises traditionnelles sont l’une des spécialités au Japon depuis l’époque d’Edo.
    Beaucoup de visiteurs du temple bouddhiste de Jindai-ji apprécient de manger ces nouilles.
    Il y a environ 20 restaurants japonais traditionnels de nouilles autour du temple de Jindai-ji.
    Outre ces fameuses nouilles, des douceurs sont également proposées à la carte.

    ・Cliquez ici pour plus d’informations sur les nouilles soba:
    http://chofu.com/web/jindaiji_soba/

    ・Cliquez ici pour la description du menu de nouilles:
    http://chofu.com/web/jindaiji_soba/jindaiji-soba/soba-menu.html

    Informations sur le magasin

    Horaires: Ouvert de 11:00 à 17:00 (ferme à 16:00 en hiver)
    Fermé le mardi
    Plan d’accès:
    http://chofu.com/web/jindaiji_soba/wp/wp-content/uploads/2014/10/map-shoplist.pdf

  • around 05
    Source chaude « Yumori-no-sato »

    La source chaude noir de jais jaillie à 1500m sous terre emportant de vieilles algues brunes et des fougères de matières organiques (acide humique).
    Efficace pour traiter les névralgies, douleurs musculaires, douleurs articulaires, ankyloses de l’épaule, raideurs, entorses, troubles digestifs, mauvaise circulation, fatigue, brûlures, constipation et maladies féminines.
    Une variété de bains est également disponible à l’utilisation; Goemon-buro*, bain à base d’eau pétillante, bain électrique, bains extérieurs ou intérieurs et sauna.

    * Goemon-buro (bain Goemon): reproduit le rituel ancien de jeter les criminels dans un chaudron, la baignoire est directement chauffée sur le feu.

    Informations sur le magasin

    7 jours par semaine
    Heures d’ouverture: 10:00 ~ 22:00
    Entrée: 1200Yen (JPY)
    http://www.yumorinosato.com/

Temple Jindaijiの場所

Jindaiji Temple